fbpx
Une raison pour louer le Seigneur
avril 27, 2020
A la recherche de la brebis perdue
mai 11, 2020

Perdu et retrouvé

« Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi; mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé » (Luc 15 : 31-32)

 

Lis l’évangile selon Luc chapitre 15 versets 11-32. Nous rencontrons si souvent des personnes dont la vie ressemble à celle du fils ainé dans cette parabole et nous ne voyons même pas qu’ils ont un problème.  Ces gens-là vont à l’église. Certains d’entre eux enseignent même aux écoles du Dimanche, prennent volontiers l’initiative de gérer les camps bibliques, ou organisent et animent de petits groupes bibliques afin de discuter de sujets d’intérêt mutuel et de partager leur expérience. En fait, il n’ya pas une véritable différence entre le fils ainé et son frère cadet.

Les deux hommes voulaient recevoir ce que leur père pouvait leur donner, mais personne d’entre eux  n’était vraiment investi dans sa relation avec lui. Le fils cadet a choisi la voie la plus directe. Il a carrément demandé à son père de mourir pour qu’il puisse recevoir son héritage plus tôt que prévu. Cependant, le frère aîné était plus patient. Il a choisi la voie de l’obéissance puisqu’il allait de toute façon recevoir les choses qu’il voulait de son père. Il ferait tout correctement, et cela lui donnerait droit à toutes les choses qu’il désirait obtenir.

Jésus dit à la fin de cette parabole qu’au milieu du grand festin organisé pour célébrer l’heureux retour du fils prodigue, le fils ainé est devenu furieux. Il a dit à son père: «Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis » (v.29).  Il y a de telles personnes à l’église aujourd’hui. Elles sont comme les pharisiens qui écoutaient les paraboles que Jésus racontaient et qui croyaient que leur bonne conduite leur donnait le droit de recevoir les bénédictions du Seigneur. Ces gens-là non seulement abusent de la bonté de Dieu mais ils ratent aussi la plus grande bénédiction, celle de connaitre leur père céleste! Les pécheurs reconnaissent souvent leur besoin d’avoir un sauveur, mais ceux qui semblent avoir la tête sur les épaules ont du mal à voir leur grand besoin.

Jésus raconte à la fin de la parabole que le père a invité son fils ainé au festin. Il l’a même supplié d’y participer. Mais on ne sait pas quelle était la réponse du fils. Le message est le suivant: Dieu est toujours prêt à recevoir les pécheurs égarés, entre autres les pharisiens et les scribes, si seulement ils admettent qu’ils ont besoin d’un sauveur. Il est temps de répondre à son appel plein d’amour et de grâce.

 

Prière : Seigneur, comme Ta miséricorde et Ta grâce sont grandes et puissantes ! Je Te loue pour Ton amour et Ta fidélité. Aide-moi à recevoir Ta grâce afin que je puisse me repentir et recevoir la liberté que procure Ton salut. Je prie au nom de Jésus. Amen.