LE MERVEILLEUX DON DE LA GRÂCE – Michael Youssef

Un sacrifice de louange
août 2, 2018
Le secret de la réussite selon Dieu – Michael Youssef
novembre 5, 2018

LE MERVEILLEUX DON DE LA GRÂCE – Michael Youssef

Dans notre monde, et même dans de nombreuses églises, la grâce n’a plus rien d’extraordinaire. Elle est devenue ennuyeuse, comme J. I. Packer l’avait partagé : « L’idée même de la grâce ne leur dit rien ; elle n’a aucune influence sur leur vie » (Connaître Dieu).

 

À l’heure des droits de l’homme, des droits des animaux et des droits à n’en plus finir, la grâce n’est ni nécessaire ni appréciée. Elle n’a plus cet effet fascinant sur les gens ; après tout, ils s’en sortent très bien sans Dieu et puis, chacun vit sa vie comme il l’entend. C’est pourquoi le monde rejette l’idée du péché – et du jugement que mérite une telle rébellion. Il repousse ainsi la grâce merveilleuse de Dieu.

 

C’est cette grâce qui définit le christianisme et en fait une religion unique. Qu’il s’agisse du Chemin octuple du Bouddha, de la doctrine hindoue du karma, des lois cérémonieuses juives ou de la loi islamique sharia, tous les systèmes religieux racontent comment l’humanité s’efforce à gagner la faveur de Dieu et à acquérir le salut. Mais le christianisme raconte comment Dieu, dans son grand amour, s’est abaissé jusqu’aux hommes.

 

Dans le christianisme, nul ne peut atteindre Dieu.

 

Il est saint, divin, juste et puissant. Personne ne peut acheter ou gagner son entrée au paradis. C’est pourquoi, dans son amour, Dieu est venu jusqu’à nous. La notion que le Dieu de l’univers sauve les pécheurs sans conditions va à l’encontre de tout instinct humain et de tout autre système religieux dans le monde.

 

Voyez-vous, Adam et Ève ont succombé à la même tentation à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés. Ils ont cherché à devenir leurs propres maîtres et à établir leur autorité, leur façon d’atteindre (et même de devenir) le divin. Dieu les avait prévenus des conséquences de la désobéissance (voir Genèse 2 : 16-17) ; ils ont malgré tout refusé d’obéir aux commandements de leur Créateur saint et aimant, et ont connu la mort. En désobéissant à Dieu, Adam et Ève ont méprisé l’amour et la grâce incomparables auxquels ils avaient goûté en marchant avec le seul et unique Dieu.

 

S’il était question d’un quelconque autre dieu créé par l’homme, l’histoire s’arrêterait là. Mais nous parlons ici du Dieu de grâce, dont l’amour est si grand qu’il a créé l’univers. Encore aujourd’hui, il nous fait grâce au quotidien en se révélant à nous et en nous montrant ses voies.

 

Avant que la grâce de Dieu n’entre dans nos vies, nous n’étions que des cadavres spirituels ; nous ne pouvions même pas faire un pas vers Dieu (voir Éphésiens 2 : 1-8). Physiquement, nous étions en vie, mais nous passions notre temps à rejeter Dieu en choisissant notre folie au lieu de sa sagesse. Nous étions morts à cause de nos péchés, esclaves du péché, dans l’impossibilité d’ôter nos chaînes, et destinés à la colère de Dieu.

 

Mais aujourd’hui, si vous avez reçu le don de la grâce de Dieu, le don du salut éternel que Dieu nous offre par le sang de Jésus-Christ, il vous a rendus à la vie. Vous êtes libérés de la puissance du péché et vous ne serez jamais plus sous la colère divine (voir Colossiens 2 : 11-14 ; Romains 6 : 1-14). En effet, « à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts en raison de nos fautes, il nous a rendus à la vie avec Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés –, il nous a ressuscités et fait asseoir avec lui dans les lieux célestes, en Jésus-Christ » (Éphésiens 2 : 4-6). Vous avez été libérés !

 

Vous êtes assis dans les lieux célestes avec Christ ; vous avez ainsi la victoire sur la colère, l’avarie, la convoitise, la jalousie, l’envie, la crainte, l’anxiété, le doute et les dépendances en tout genre. Car vous n’êtes plus esclaves du péché ; vous êtes ambassadeurs du Roi de gloire. Quelle puissance extraordinaire que la grâce de Dieu ! Bien loin d’être ennuyeuse, elle efface notre passé lugubre et nous offre un présent glorieux, alors que nous avançons dans notre nouvelle vie, avec le Roi des rois dans nos cœurs. Mais tout ceci n’est qu’un avant-goût de notre avenir, où nous serons comblés au-delà de tous nos espoirs. Car un jour, nous verrons le Dieu de grâce face à face.

Facebook